Zombie, Zomba ! Raid is Dead !

ZS3F : Le compte rendu

04/03/2017 : Il y a un an coopéraient 85 joueurs de 4 villes pour notre ZS3F. Aujourd’hui, pour l’ anniversaire de l’évènement nous révélons enfin le classement complet et coloré de cette campagne, que vous pourrez retrouvez dans le fichier de ZS3F_Resultats.

Rg Gnl Joueur Table Survivant Zombivant? XP M01 XP M02 XP M03 XP tot Faction
1 Winny 14 Rick 53 51 199 303 Blanc
2 Garesh 12 Seth 134 97 45 276 Rose
3 Matra 13 Travis 73 67 107 247 Violet

14/03/2016 : Nous vous proposons 2 versions du compte-rendu de cet évènement. Un compte rendu plus court, qui résume en chiffre ce dimanche de jeu, et une version longue, qui détaille un peu plus tout ça.

Version Courte

  • 4 sites : Paris, Toulouse, Clermont et Lyon.
  • 85 Survivants sur 14 secteurs (tables de jeu).
  • 4 équipes sont venues à bout de la Mission M03,
  • alors qu’un site (Toulouse) n’a eu le temps que de finir M01.
  • Tout le monde a perdu énormément de temps avec les Objectifs facultatifs, oubliant même parfois les objectifs des Missions.
  • 9094 XP gagnés sur la journée sur une fourchette de 29 XP pour Leroy contre 303 pour Rick.
  • Les premiers retours, organisateurs et joueurs semblent indiquer que cette édition est de loin la meilleure et la plus équilibrée des ZSF. Merci XofMdS pour le boulot de level design.

L’organisation s’est globalement bien passé, même si tous les sites n’ont pas interprété toutes les règles de la campagne de la même manière. Il y a également eu une part d’improvisation pour fluidifier ces règles et ne pas laisser certains sites en attente. Peu d’incidents sont à déplorer que ce soit en terme de dégradation ou de perte de matériel. Bravo à tous les participants pour ce civisme, et merci.

« Ça fait quelques temps que l’ambiance se dégrade. Aux premiers temps, la solidarité était immédiate et aveugle. L’union fait la force, comme on dit. A présent, des affinités se dessinent, nées des déboires, mésaventures que certains traversèrent ensemble, avant de rencontrer d’autres survivants. Nées aussi d’habitudes ou de préférences communes, ou d’une complémentarité, voire de sentiments plus profonds.
Moi, je m’en fiche, tant que je fais mes patrouilles avec Rick. »

Le ZmS3F se devait d’introduire un peu du mode compétitif arrivé avec Rue Morgue. Il fallait pour autant que ça reste discret et que ça ne favorise pas certains comportements abusifs. Ainsi, cet élément fut conservé totalement secret jusqu’à présent, par le biais de la couleur du trousseau personnel, au sujet duquel rien ne fut dit. Chaque couleur de clé indiquait donc l’appartenance d’un Survivant à une faction, chacune ayant été distribuée aléatoirement tant au niveau des sites que des Survivants. Et voici le classement final, récompensant la faction des Blancs :

  • Blanc
  • Violet
  • Bleu
  • Rouge
  • Jaune
  • Rose
  • Vert

Version Longue

Brunoy – (Paris)
Rendez-vous est donné à 10h aux Survivants pour attaquer le centre hospitalier « de Brunoy », au fin fond de l’Île-De-France. L’endroit est parfait pour accueillir ce type d’évènement. Diab (et son association) ont parfaitement négocié le coup !

9h30 pour ceux qui apportent le matériel, afin d’assurer une mise en place rapide et un lancement sans trop de retard.

A l’heure, tout le monde (sauf Achille) est là. Les badges sont distribués, les équipes constituées sur les tables qui n’auront pas le « bon » numéro, et à 10h30, c’est le lancement officiel pour Paris. Distribution de l’équipement de départ, découverte des règles génériques M00 et de Mission M01 plus tard, les Survivants se lancent à l’attaque.

Dès l’ouverture de chaque secteur de l’hôpital se dessinent les tables chanceuses et malchanceuses, avec une A-Bomb qui pourrira vraiment le secteur 2.
Le secteur 3 débloque vite l’objectif facultatif vert, qui autorise la Pimpmobile. Ils font le choix d’aller la récupérer, choix qui s’avérera désastreux. Donna et Mitch deviennent Zombivant lors de cet aller-retour automobile (d’ailleurs : les attaques automobiles produisent des crawlers).
James trouve une « carte de l’hôpital » dans le secteur 4, où sera débloquée (à 13h26) la console violette par Orangina Rouge (un vétéran de la lutte anti-SunShade). L’équipe, très à l’aise, ira se servir en ultra-rouge, n’étant pas du tout suivie par les autres Survivants. Orangina Rouge, qui finira donc aussi cette sous-mission y gagnera une « Batte cloutée enflammée » sur (dé)mesure.

Une mauvaise surprise récompense la curiosité des Survivants du secteur 5, qui touchent à la console jaune… Cinq secteurs sur six feront la même chose… Il sera même admis que cet incident autorise la résurrection !

Cette sinistre console jaune provoquera une situation bien cocasse, projetant un Survivant dans une Zone où il sera attrapé par une A-Bomb vers une Zone d’une tuile qui avait toujours son déclencheur d’évènement en attente. La jurisprudence accordera que cela n’étant pas une action ne déclenche pas l’évènement.

Le secteur 6 gère également très bien sa progression, ne se laisse pas détourner de ses objectifs principaux, même si il trouve une « carte magnétique », qui sera bien vite – et à tort ! – défaussée. C’est le deuxième secteur à chercher son objectif rose, précédé par le secteur 5 avec qui il a combotté.
A ce moment-là, le jeu se corse en secteur 2, où tous les Survivants ont déjà une blessure (sauf Georges et Awiya). Meijin y sera le premier Zombivant de la journée – pas le dernier !

Le secteur 1 file tranquillement son bout de chemin. Phil trouve un « godemichet ».
Le secteur 2 est sceptique devant la console blanche. « On ne peut pas se faire n… *avoir* à chaque fois ! » dira Dakota, mais la console sera ignorée. Elsa trouve un « bazooka » (factice) à 14h.

Le secteur 3 sombre définitivement dans les malheurs. La révélation de l’étage supérieure tourne au vinaigre. Tout le monde est Zombivant, et certains Zombivants eux-même tomberont à nouveau. Cette aile sera désormais l’ »aile maudite ». La preuve, même la « tronçonneuse » que trouve Awiya est factice.
Le secteur 4 continue sa promenade, une Z-Wanda se permet de commenter « On est bon » (traduction approximative). Une A-Bomb est éliminée au fusil « CheyTac .50 » de haute précision.

Padre Johnson trouve de la « morphine » et un « débouche-toilette destop » dans le secteur 5, qui finira la M01 en premièr, à 13h50. Pour une Mission prévue en 1h30, cela ne fait que 20 minutes de retard, s’autorisent certains commentateurs sarcastiques.

Le secteur 6 se croyait sur les mêmes rails, mais une suractivation de Runners décime l’équipe : Doug, Frank et Amy succombent. Z-Frank se rattrapera en trouvant un « paquet de kleenex mentholés ».

A 14h05, les portes de cellules violettes s’ouvrent et libèrent les Abominations berserker dans le complexe…
Les fautifs de le secteur 5 avaient bien pris soin de vérifier les situations du complexe avant de passer à l’action.

Bon an, mal an, toutes les secteurs arrivent à finir M01, soit une Mission de 4h30 !! L’ « aile maudite » se voyant octroyer l’aide de Survivants commençant M02, pour accéder à la suite de la campagne…

M02, quoique plus rondement négociée, grâce aux containers spéciaux débloqués sur 4 secteurs, connaitra aussi des fortunes diverses.
Le secteur 2 est nettoyé par Frère Max seul avec son arc-qui-élimine-13-zombies-d’un-coup. Ce même arc-qui-fait-7-de-dommage sera toujours inefficace contre les A-Bomb.

Le secteur 5 qui a osé débloquer la console blanche commence par sauver les compagnons.
Le secteur 6 fait un coup magistral : 2 Survivants bloqués sur la zone 3-4 qui va subir une invasion Zombie sur le secteur 5 décide (compétence Distributeur) de faire une invasion aussi sur sa propre Zone 3-4 afin qu’ils puissent faire une « Charge » d’équipe. Légalement certainement interdit, mais accordé par l’organisation au motif d’ingéniosité.

A 16h09, devant l’extraordinaire diversité des situations dans toute la France, la consigne est levée et le déblocage des portes blanches est accordé.
Jeff trouvera une « ceinture de godemichet » (évidemment) sur le pilote de le secteur 1 ; Awiya un « katana » (factice) sur celui de le secteur 2. Ces deux secteurs seront assez rapides pour entamer M03 (16h40 et 17h).

Padre Johnson trouve un « défibrillateur » sur le secteur 3. Avec tellement de Zombivants, un artefact de ce genre est inutile ; Terry trouve un « porte-clés rose » dans les poches du secteur 4. L’équipe en charge de cette aile préférera fuir en hélicoptère plutôt que faire M03. Don fermera la marche (16h53) avec un « molotov » inutilisable auprès du pilote du secteur 6.

Le secteur 1 se dépêchera et arrivera, lui seule pour ce site, à terminer la campagne à la loyale, sauvant l’honneur parisien, avec une chance, puisque très peu d’égarés se révèleront ne PAS être leur chef…

A 17h30, les tables rangent le matériel et les cadeaux sont distribués. Le secteur 6 doit arrêter sa chasse aux égarés sans jamais avoir trouvé leur chef.

A 18h, une poignée d’irréductible parle encore de cette mémorable journée et se quittera vers 19h.

Rideau.

06/03/2016 : En attendant les différents compte-rendus de sites, voici quelques photos du site « parisien ».

06/03/2016 :

Ca fait plus de deux jours que j’ai la gerbe.
Travis est cloué par une fièvre d’anthologie.
Parker perd son temps aux gogues.
Bear tient une cuite formidable, parce qu’il est le seul à préférer les canettes de bière périmées à l’eau douce du lac.
Faut faire quelque chose !

03/03/2016 :

Mathieu avait eu du mal à dissiper la tension, mais le groupe avait fini par embarquer pour la rive.
Ils s’étaient ensuite dirigés vers les contreforts montagneux et ses grottes, sous les frondaisons des arbres. Contre l’idée que Mathieu coule son embarcation, ils s’en étaient réjouis quand trois hélicoptères les avait survolés en direction de l’île maudite qu’ils venaient de quitter. Juste à temps, comme pour mieux donner raison à cet étrange et ambigu Mathieu.
De toutes les façons, tous les bras étaient bons à enrôler, car le moment était venu de construire leur nouveau chez-eux à flanc de montagne. Les grottes fourniraient suffisamment de protection, et le lac de l’eau potable.

24/02/2016 :

Depuis la barre, il vit le mouvement de repli du groupe. Il vira pour se présenter aux deux Survivants restés en faction et qui le tenaient en joue. Il fit bien attention à laisser ses mains visibles, évita les mouvements brusques, sourit.
« Pardon pour tout le dérangement, mais ça urge. Il nous reste peu de temps avant que l’autre cavalerie ne débarque. Je suis venu vous amener en terrain sûr. Si vous pouviez attacher mes amarres, le temps que vous embarquiez avec armes et bagages ? »
Neema, avec tout le tact dont elle n’était pas capable, lui demanda un minimum d’explications, étant donné l’inattendu de la journée écoulée et le peu de confiance disponible sur l’île.
« Je suis celui qui a ouvert les portes. Cinq-quatre-huit-cinq-neuf-huit. Je suis Mathieu. »
Cela jeta un froid.

15/02/2016 :

Le laser orbital avait été dévastateur, puisque c’était sa raison d’être. Bien que de courte durée, son tir avait réduit à néant les installations principales et leurs sinistres occupants. Malheureusement, des pertes étaient à déplorer dans tous les rangs, et les Survivants avaient mis du temps à constater leur chance de n’être plus harcelés, ni par la SunShade, ni par les zombies.
Une fois procédé au rassemblement, Shannon avait paré au plus urgent : les plus valides finiraient le nettoyage du laser, les autres se feraient soigner ou installeraient un camp dans la partie épargnée, près des quais.
Amy fut la première à repérer l’étrangeté d’un catamaran s’approchant d’eux. Elle envoya tout le monde à l’intérieur. Phil et Neema feraient les vigiles depuis le ponton.

08/02/2016 :

Le bateau était la seule inconnue de son plan. Le trouverait-il encore en état de naviguer ? Il l’avait ancré sous un pont, à l’abri des regards, pour limiter les tentations.
Il avait eu de la chance pour arriver jusque là-bas. Un minimum de Zombies, dont il avait réussi à se débarrasser sans faire de bruit. Le dernier, un gros, rôdait dans la cabine. Comment était-il arrivé là ? Il l’avait décapité, avait vérifié l’embarcation, puis mis les bouts vers sa destination.
Le corps et l’esprit fatigués par la veille prolongée et l’attention que demandait la navigation de nuit, Mathieu fut content que le profil de Crowd Island se découpe dans le soleil levant. Il mit le cap sur les hangars à bateaux, en espérant que le comité d’accueil ne serait pas trop hostile. Qu’en tout cas, il trouverait quelqu’un avec qui parler, comme il l’espérait depuis le tout début. Il sortit de l’abri de la cabine exigüe pour affronter la pluie fraîche et pouvoir manœuvrer en silence le voilier jusqu’au ponton.

01/02/2016 :

Irrité par ces mauvaises nouvelles en cascades, le directeur par intérim opta pour un panorama de volcan en irruption, avant de lancer la téléconférence.
« Mesdames, Messieurs, la situation se dégrade vite. Afin de mettre fin à ce merdier au plus tôt, j’ai un plan à vous soumettre. »
« Soyez rapide, Monsieur. Ces réunions sont de plus en plus difficiles à mettre en place. »
« Un piège en deux étapes.
Contaminer quelques sources d’eau potable avec des maladies graves et contagieuses. Les survivants extérieurs n’auraient d’autres choix que de mourir ou chercher des vaccins.
Ordonner aux Smiths infiltrés chez eux de faire en sorte que cette recherche aboutisse dans notre complexe hospitalier. C’est le dernier service de virologie du territoire depuis que nous avons rasé « Hospital Central ».
S’il n’est pas mort d’ici-là, nous pourrons intercepter notre type là-bas, qu’importe son fichu matricule. »

25/01/2016 :

L’agent d’entretien se dirigea avec le chariot vers le centre de régulation SHADOW délocalisé. Il sortit un sac mortuaire, et l’étala à côté du cadavre de 548.598. Il plaça le corps à l’intérieur du sac, puis le sac sur le chariot et emporta le tout au service de la morgue pour une autopsie, dont il pensait la plus grande inutilité. Dès qu’il fut arrivé à destination, il déshabilla 548.598, et plaça ses effets personnels dans les différents sachets transparents. Un porte-clés à l’effigie d’une star du X attira son attention et lui arracha un sourire. Une fois le cadavre étiqueté dans son tiroir, il amena les sachets à John. Ce dernier inspecta les affaires, et le porte-clés ne le fit pas sourire. Du tout. Bien au contraire. Livide, il se jeta sur la console de sécurité et fit défiler les bandes de vidéosurveillance du réfectoire de la veille. Après de longues minutes d’avance rapide, il trouva la séquence qu’il voulait. Il mit la vidéo en pause et imprima l’image pour l’ajouter au dossier du fugitif. Sur l’écran, c’est 504.737 qui faisait tourner « Bobby Boobs » autour de son index.

18/01/2016 :

La traque avançait rapidement. L’agent R suivait son fréquencemètre, réglé sur la puce 548.598. Quelques groupes disparates de Zombies étaient sur le chemin, rien qui ne puisse longtemps ralentir son escouade. L’aiguille s’affolait, ils se rapprochaient. Leur cible était dans le garage devant eux. Ils se mirent en position et forcèrent l’entrée. Une meute de chiens transformés se jeta sur eux, les fusils d’assaut équipés de silencieux les éliminèrent promptement. Ils rentrèrent, se dirigèrent vers le local du fond d’où provenait le signal. Les lampes torches éclairèrent un Zombie. Une fois éliminé, ils purent constater avec un certain déplaisir que le badge 548.598 avec la puce de localisation réglementaire pendait à sa blouse sale. 504.737 les avait encore bernés.

11/01/2016 :

Il afficha le dossier de 504.737. Recruté parmi les Survivants de la rive nord, lorsqu’il avait fallu leur reprendre la raffinerie de pétrole sur les docks. Assigné ensuite ici-même, pour surveiller Crowd Island avec 548.598, le malheureux retrouvé carbonisé – à plus d’un titre. Ce 504.737 avait un passé peu engageant. Violent, alcoolique, déserteur. John supposait qu’il avait été retenu par la grâce de son petit boulot dans un laboratoire cosmétique du monde d’avant. Autant prendre des gars déjà habitués aux cages et aux cris.

04/01/2016 :

John vérifia à nouveau. Il avait passé de longues minutes à recomposer les flux informatiques, et ce qu’ils mettaient en évidence était incompréhensible. La procédure de libération d’urgence du centre de Crowd Island avait été lancée depuis le centre de régulation SHADOW délocalisé. C’est-à-dire depuis le siège, ici-même ! Il en fit part au chef de section qui envoya immédiatement une unité SHADOW dans les étages. Elle trouva un début d’incendie, vite maîtrisé, et le cadavre dont la bande velcro matricule indiquait 548.598. Son badge manquait, avait servi pour se rendre jusqu’à l’hôpital. De là, dehors, supposait John. Ce n’était définitivement pas un accident. Il y avait un traître. Il avait préféré affronter les zombies que ses anciens collègues, et ça, John comprenait pourquoi.

28/12/2015 :

Le président par intérim tapotait son accoudoir en parcourant la retranscription en question. Ainsi donc, les choses avaient mal tourné sur Crowd Island… Les techniciens étaient encore en train de démêler l’affaire, mais il semblait que les zombies ne soient pas à l’origine de ce débordement-ci (doux euphémisme !). Preuve que les leçons du « centre commercial » avaient été dûment retenues. Une défaillance technique du système d’enfermement ? L’enquête s’orientait plutôt sur une intervention humaine, dont les motivations restaient troubles, mais certainement pas accidentelles. Il fallait au plus vite récupérer ce qui pouvait l’être sur l’île, identifier, localiser et récupérer les responsables. Les interroger.

04/12/2015 :

Nonchalamment adossé au tableau noir, il regardait son collègue. « La première couche, c’est la surveillance lambda des lieux, qui nous sert d’alibi. On va se faire un peu chier, mais ils nous ont mis avec des rigolos. La seconde couche, c’est de comprendre ce qu’est ce « projet SIN », sachant qu’on aura pas les accréditations d’entrée de jeu. La troisième couche, qui justifie qu’on nous sollicite toi et moi, et pas les copains, c’est de pouvoir repartir avec un maximum de trucs, voire un nettoyage total. Ni vu ni connu, of course. »

L’autre Smith le fixa de son œil valide et acquiesça, à défaut de pouvoir faire un clin d’œil.

09/11/2015 :

Philip, tout récent agent administratif, regardait la fiche de mission qu’il était chargé de valider, sans comprendre. Il se dirigea, penaud, vers le bureau de son supérieur, et pointa du doigt l’élément dont il ne savait que faire. « Qui c’est ? Je ne les trouve pas dans les effectifs. »
« Ce n’est pas qui, mais quoi. Smith est le terme maison pour l’élite de nos espions perso. Des couvertures tellement solides que leurs vraies identités ont été totalement effacées. Du coup, on les appelle du patronyme le plus bidon possible. Laisse ça dans ma bannette, je vais terminer. »
Quelques jours plus tard, l’appel d’offre emporté, huit agents de la compagnie de sécurité privée de la SunShade Inc. arrivaient dans les locaux du projet SIN. Au moment où leur référant leur proposait un café-cigarette de bienvenue, la police du fleuve repêchait le corps du jeune Philip : conduite sous l’emprise de substances illicites.

18/10/2015 :

Le président par intérim se pinça le nez, se rappelant la manière triviale dont les dominos s’étaient mis en place. Ou effondrés les uns après les autres, selon le point de vue.
« Qu’est-ce que c’est ? » demandait-il, pointant le fax à son secrétaire.
« Un appel d’offre standard, c’est vrai, mais le ComEx demande votre aval étant données les relations houleuses entre nous et le mandant. »
« Pourtant, je ne connais pas cette société ? Le projet SIN ? »
« Personne ne connait, Monsieur. C’est ce qui retint notre attention. Ça n’a été ni facile ni gratuit, mais nous savons qui est vraiment derrière : Professeur K.O.S. et compagnie, Monsieur. »
« Ah. En effet. » Le directeur s’octroya un moment de réflexion. « Intégrer deux ou trois smith dans l’unité SHADOW qui décrocherait cette mission basique de surveillance ? La comptabilité est-elle prête à couvrir ces frais ? »
« Le fax ne serait pas sur votre bureau dans le cas contraire, Monsieur. »

17/09/2015 :

Derrière lui s’étendait une immense baie vitrée. De fait, elle composait l’intégralité de ce mur de la pièce. De l’autre côté s’étendait une ligne de gratte-ciels, et le soleil se reflétait sur les parois de verre et sur le fleuve qui traversait la ville.
Ç’aurait aussi bien pu être un coucher de soleil sur une île des tropiques, dont les palmiers se découpaient dans la lumière déclinante.
Ou bien la surface de la lune.
D’une pression, il opta pour un aquarium des hauts fonds marins.
Ces artifices qui donnaient un semblant de confort à son bureau sécurisé avaient du bon, comme celui d’accorder la vue à son moral.

02/09/2015 :

« Monsieur, nous avons un problème. »
Pour interrompre la téléconférence, il fallait que le problème en question soit effectivement d’importance. Le président par intérim savait que son secrétaire le savait, et c’est donc tendu qu’il écourta la réunion avant de reporter son attention sur le dossier laissé sur la grande table.
Une photo satellite y accompagnait la retranscription de conversations radiophoniques.
Il lut.
Il soupira.
L’entête indiquait que cela s’était produit une poignée de minutes auparavant, peut-être au début de la téléconférence.


Zombifiez, partagez !
    Eren Histarion

    A propos Eren Histarion

    Eren Histarion : L'esprit créateur de l'équipe du Fan Site

    Articles similaires
    • Bienvenue à GeekFunder ! CMON nous annonce l’arrivée de son nouveau Pledge Manager, entièrement revu afin de donner une image plus jeune et dynamique à leur système de Pledge Manager. Leur décision a été dictée par leur bonne croissance des dernières années et l’envie de donner un coup de jeune à leur système de gestion des pledges. Ils trouvaient [...]
    • Kickstarter Zombicide: Green Horde! Campagne Kickstarter de Zombicide: Green Horde! : https://www.kickstarter.com/projects/coolminiornot/zombicide-green-horde/ Pour suivre l’historique des Options : ICI Pour suivre les Paliers Bonus : ICI 10/10/2017 : Pour la fermeture du Pledge Manager, CMON a partagé quelques photos de figurines, et pas des moindres. 29/09/2017 : L’Update 58 nous apprend que le CKPM voit sont ouverture étendue jusqu’au [...]
    • Mission B4 : Manoir Hanté Le manoir en haut de la colline était déjà hanté avant que l’arrivée des zombies. Leur présence enrage les fantômes, et ils le font savoir. C’est à vous de faire le ménage par le vide, et de mettre tout ce petit monde au repos. Un repos éternel, bien sûr… Le manoir que nous avons découvert [...]
    • Zero – la serie 25/09/2017 : L’épisode de Zero – la serie où les héros italiens croisent les personnages de la Saison 1 de Zombicide, eux aussi italiens, est en ligne. 01/07/2017 : Zero – la serie est une web-série italienne, dont le premier épisode est disponible sur Youtube, qui se déroule dans un univers qui ressemble étrangement à [...]
    • GN : Projet -Z- 13/09/2017 : Avant d’être joueur de Zombicide, je suis également joueur de GN – jeu de rôle Grandeur Nature – une activité immersive qui mélange le théâtre et le jeu de rôle classique. Il y a quelques jours j’ai entendu parler de la création d’un GN qui prendrait place dans un univers remplis de Zombies, [...]

    5 Commentaires

    1. zéphiros zéphiros
      14/05/2016    

      Salut il y a que le commentaire de paris? les autres régions n’ont rien envoyé? parce que j’ai pas trouver de suite.

      • 14/05/2016    

        C’est moi qui suit trèèèèès en retard dans la mise à jour de cet article, et je vous présente mes excuses pour ça.

      • zéphiros zéphiros
        14/05/2016    

        ok pas de souci j’attendrai qu’ils soient mis à la suite merci 😀

    2. Ganesh Ganesh
      27/03/2016    

      Une erreur a visiblement été commise, à la lecture de ce passage : « Le secteur 4 continue sa promenade, une Z-Wanda se permet de commenter « On est bon » (traduction approximative). Une A-Bomb est éliminée au fusil « CheyTac .50 » de haute précision. »

      En effet, bien que le fusil CheyTac .50 cause « plein » de dégâts il ne peut en aucun cas éliminer une A-Bomb. Ceci est très clair à la lecture du livret de règles de Rue Morgue, page 14, règle « Impervious » de l’A-Bomb :

      « An A-Bomb Abomination can only be killed by effects that destroy all Actors in the targeted Zone, like a Molotov ».

      Ceci signifie que le fait de causer plein de dégâts est nécessaire mais pas suffisant pour éliminer une A-Bomb car seule une arme possédant un effet Molotov (arme dont l’effet élimine tout les acteurs de la zone ciblée) possède la capacité d’éliminer une A-Bomb. Le CheyTac .50 n’élimine qu’une seule cible et ne possède aucun effet « de zone » : il ne peut donc pas éliminer une A-Bomb. L’A-Bomb éliminée par le CheyTac .50 n’aurait donc pas du l’être et aurait du continuer à ennuyer les survivants …

      • XofMdS XofMdS
        28/03/2016    

        Non, non. Le CheyTac a bien été conçu pour dégommer façon molotov, sur une unique cible. 😛

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *