Zombie, Zomba ! Raid is Dead !

Interview « Scénariste et Illustrateur » : Luca Enoch

L’interview et la traduction ont été réalisés par XofMdS.

Luca Enoch est le scénariste des CMON Comics #1 et le dessinateur de l’histoire des origines de John Morgan de Cthulhu – Death May Die.

26/06/2020 :
0/ As-tu une question que je pourrais poser aux autres membres du projet CMON Comics ?

Comment ça, « Je ne peux pas dessiner 100 zombies dans cette vignette » ?
C’est dans le script !!!

1/ Quelle est la chose que vous détestez le plus dessiner/écrire ?

Les chevaux. Je m’excuse auprès de ces nobles et beaux animaux, mais je déteste dessiner des chevaux ! Parce que c’est d’un compliqué…

2/ Quel est ton jeu de plateau favori ? A défaut, quel jeu vidéo ? Quel jeu de rôle ?

Comme je l’ai dit, je suis un joueur de jdr frustré, car ça me fascine mais je n’ai jamais pu trouver quelqu’un avec qui jouer, jeune.
En matière de jeu vidéo, je ne suis pas expert non plus. Je me souviens avoir passé des dizaines d’heures sur La Légende de Zelda : Phantom Hourglass [Nintendo DS – 2007]. J’aimais vraiment et récemment je me suis lancé dans Red Dead Redemption II.

3/ Pouvez-vous me confirmer que dessiner des zombies n’est pas réservé aux fous ?

En fait, écrire ou dessiner sur les Zombies EST réservé aux gens fous.

4/ Quelle est ta référence de culture populaire absolue ?

Dans quel domaine ? Musique, art, bande-dessinée, film, télévision… ?

5/ C’est ouvert, c’est ta référence !

J’adore le street art. Surtout lorsqu’il sort de l’ombre et devient de « l’art pour tous ». Exactement comme les œuvres de Keith Haring, dont je parsème mes histoires dessinées.

6/ Et celle spécifique aux univers zombies ?

Pour les Zombies, c’est le film Shawn of the Dead. Un chef d’œuvre. Les auteurs aiment vraiment les films de Zombie.

7/ Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis un écrivain italien et dessinateur de bandes-dessinées. Je vis à Milan et suis auteur de bandes-dessinées professionnel depuis 1992. D’habitude, je créé mes propres personnages et je raconte et dessine mes propres histoires.

8/ Quel genres de jeu aimes-tu ? Joues-tu à Zombicide ?

Je ne pratique ni jeu de plateau ni de rôle. Uniquement parce que je ne connaissais personne, dans ma jeunesse, pour partager cet intérêt et développer une véritable passion dessus. J’ai toujours la classique « boite rouge » Donjons & Dragons, sur une étagère de mon bureau, qui n’a jamais servi.

9/ Quel univers, de façon générale, est ton préféré pour stimuler ton imagination ?

Je travaille chez moi, dans une pièce que j’ai rempli de livres, bd, statuettes et figurines. Quand j’écris, que je dessine, où que je regarde, il y a quelque chose qui me rappelle un film, une bande-dessinées ou qui me titille à un niveau inconscient. Ainsi mon cerveau ne cesse jamais d’être stimulé.

10/ Quand as-tu entendu parler d’un comics pour CMON ?

Je connaissais déjà le monde de Zombicide, notamment ses visuels, grâce au formidable travail de concepts qu’ils ont fait.

11/ Comment en es-tu venu à travailler pour CMON ? Que fais-tu pour (ou avec) eux ?

C’est grâce à l’artiste de bd Riccardo Crosa, qui travaillé déjà avec nous sur Dragonero, la série fantasy de bd créée par Stefano Vietti et moi. C’est lui qui nous présenta David Preti, directeur chez CMON, qui cherchait des scénaristes et dessinateurs pour le projet qui allait devenir CMON Comics.

12/ Quel a été ton premier truc écrit pour Zombicide ?

David Preti nous a dit pour quels jeux de plateau il voulait écrire des histoires en bd, Stefano Vietti et moi avons d’abord écrit les bases des trois histoires principales ensemble. Du coup, la toute première chose que j’ai personnellement écrite fut le scénario de Cthulhu – Death May Die.

13/ Quel a été ton premier truc dessiné pour Zombicide ? Est-il possible d’avoir un aperçu, pour illustrer le présent article ?

Vietti et moi avons écrit les 3 histoires longues et 15 courtes ensemble. Personnellement, j’ai isolé l’une des histoires courtes de Chtulhu pour la dessiner, celle sur John Morgan, l’un des personnages du jeu.
Pour avoir des images à utiliser, tu devrais demander à David Preti (ou Stefano Vietti, son délégué sur le projet des comics), à qui tu devrais aussi envoyer l’interview pour la vérifier.

[NDLR : Contacté, David nous a répondu « Demandes-lui un croquis. L’interview semble ok ».]

14/ Quelles directives donne Guillotine Games/CMON ? Quelle liberté as-tu avec les comics Zombicide ? Quelle différence avec tes autres œuvres comics ?

Quand j’écris et dessine des histoires avec mes personnages, j’évolue avec une liberté créative totale. Ici, Vietti et moi devions appréhender un monde qui n’était pas à nous et quelques personnages que nous n’avions pas créés. Nous devions comprendre les mécanismes du jeu, étudier les caractères et particularités des personnages dans le jeu, afin de trouver des histoires qui collaient à ce monde. Sur les personnages que nous avons créés pour les histoires, Stefano et moi étions totalement libres.

15/ Le KS et les aperçus dévoilés ont été bien reçus – félicitations ! Je me dois de traiter quelques détails remontés d’Invader (Taras Bulba, le katana et l’usage d’armes à feu) :

Taras Bulba n’est pas le nom d’un personnage qui a vraiment existé, mais le protagoniste d’un roman par l’écrivain russe Nikolaji Gogol… Un personnage bourru et direct, qui nous semblait aller à l’impressionnant lieutenant de notre histoire, d’origine russe, en hommage à Gogol. Un choix qui n’a pas été apprécié par quelques souscripteurs, d’où le changement de nom.

Yuko Tanaka aura son katana, il suffit d’attendre.

La question sur l’usage des balles en extérieur sur PK-L7 (impossible selon les règles du jeu) aura sa réponse : nous expliquerons clairement dans le comics ce qui est arrivé et je suis sûr que cela apportera de la valeur ajoutée à l’histoire.

16/ Il y avait quelques différences entre le numéro 0 en italien et ce qui a été montré en anglais. Quel est l’original ?

L’histoire et les dessins ont respecté, comme c’est la norme, un travail d’édition scrupuleux, centré sur le lectorat international et anglophone. D’où les différences constatées.

17/ Peux-tu nous décrire ton procédé créatif sur les dessin du comics Cthulhu – Death May Die ?

J’ai commencé par relire les histoires les plus connues de Lovecraft, dont j’ai les œuvres, pour retrouver l’atmosphère propre à cet univers. Ensuite, j’ai essayé le jeu de plateau, lisant les règles, les cartes des personnages et essayant de comprendre la machinerie du jeu. Donc Stefano et moi avons rassemblé toutes les sources trouvées (ce qui inclut des douzaines d’images en ligne, pour inspiration), pour les emmener plusieurs week-ends dans ce que nous appelons « l’Hermitage », une petite maison que possède Stefano dans les hauteurs de Bergame, où nous avons inventé les nouveaux personnages : Lysa, Rocco, Annabelle et Jack Munoz. Nous avons aussi fait l’histoire principale. La même chose a été faite pour Zombicide et Invader.

18/ Selon les autres artistes interrogés, tu sembles au centre des projets. Comment as-tu recruté et organisé ton équipe ?

Stefano et moi – ensemble – sommes le « centre » de ce premier projet de comics CMON. Nous avons tous deux une déjà longue expérience dans l’écriture simultanée de multiples histoires et l’organisation d’une équipe de dessinateurs à qui donner différents scripts à dessiner, grâce à notre travail pour Dragonero, à l’exténuante sortie mensuelle dans les kiosques, ce qui nous maintient occupé. On a fait pareil.

19/ Un élément Zombicide dont tu es responsable et fier ? Finira-t-il dans le jeu ?

Le projet était dès le début de proposer des nouveaux personnages dans chacun des trois jeux et de les propulser dans des histoires avec des figurines qui pourraient être utilisées par ces mêmes joueurs dans leurs parties. Je suis tout particulièrement fier des quatre nouveaux personnages créés pour Cthulhu, car c’est l’histoire dont j’ai fait l’entièreté du script et que j’ai suivi de bout en bout. Et puis, bien sûr, je suis très content de l’histoire que j’ai dessinée.

20/ Comment décrirais-tu l’un de tes jours au travail typique ? Une semaine typique ?

Mes jours s’organisent de la même façon, mais le risque de monotonie est évité par la variété des histoires que j’écris ou dessine. Je me réveille, vais à la cuisine, petit-déjeune, vais à mon bureau, vérifie les emails et Messenger, passe un peu de temps en ligne, puis j’écris selon les priorités des différents dessinateurs ou des histoires à publier. Je contacte Stefano par Messenger, et notre éditeur Dragonero, plusieurs fois par jour, afin de se coordonner au mieux. Lorsque je dessine, la seule chose qui change avec le temps d’écriture est la musique que j’écoute.

21/ Quel genre de musique écoutes-tu en écrivant ? En dessinant ?

Je ne supporte pas le silence, aussi parce que je souffre d’acouphènes chroniques depuis dix ans. Dans le silence, je n’entends que ce satané bourdonnement. Du coup, quand j’écris, j’ai besoin de musique douce et calme que je peux laisser en fond sonore (la musique baroque est parfaite : Bach, Haendel, Corelli, Boccherini…). Quand je dessine il n’y a pas de limite : je peux écouter autant de rock que je veux. Souvent je mets les découvertes hebdomadaires de Spotify pour trouver quelque chose de neuf.

22/ Quels sont ces autres projets Zombicide que les autres artistes mentionnent en chuchotant ?

C’est un secret !

23/ Quel sorte de Survivant serais-tu ?

Celui qui n’est plus en forme, le premier rattrapé et mangé par les zombies, car il est essoufflé après cinq minutes de fuite.

24/ As-tu entendu parler de notre communauté française de fans de Zombicide ?

Je l’ai découverte pendant la récente campagne KS et j’y fais attention, car on y trouve de précieuses informations.

Eren Histarion

A propos Eren Histarion

Eren Histarion : L'esprit créateur de l'équipe du Fan Site

Articles similaires
  • Interview « Illustrateur » : Diego Bo... L’interview et la traduction ont été réalisés par XofMdS. Diego Bonesso est le dessinateur de l’histoire des origines du Gang des Orphelins d’Invader. 13/07/2020 : 0/ As-tu une question que je pourrais poser aux autres membres du projet CMON Comics ? Je sais que la question manquait [dans mon premier envoi] pour les autres auteurs… [...]
  • Mission M12 : The Purge An Abomination of incredible size passed through here, leaving a trail of destruction. We have no way of defeating if, but this facility may still be salvagable… We must act quickly or the mold is going to take over everything! An Abomination of unimaginable size tore through this mining complex, leaving ruin in its wake. [...]
  • Mission A35 : Quand tu Descendras du ... Je n’ai jamais cru au Père Noël. Mais bon, je ne croyais pas aux zombies non plus. Je ne suis pas certain que cette chose soit vraiment le bonhomme en rouge, mais il répète inlassablement « pas sage ! » en sortant des… comment dire ça… des elfes de sa hotte. On se croirait dans un mauvais [...]
  • Mission A41 : Loot and Rescue So we have two goals: get back our stolen food and find our friends, who were captured by this other group before they sturned into zombies. If we can find them, they can fight alongside us! It’s always ugly when Survivors don’t work together. The other group has been trying to kill us and steal [...]
  • Mission M11 : Rescue the Scientists When this lab went under attack of the Xenos, the scientists decided to lock themselves in and wait for them to leave. We’ll, they’re not leaving, and now the scientists are trapped. Maybe not their smartest move. When this science outpost got hit, the scientists locked themselves inside. Smart! But the xenos damaged the generators [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives